Trier, réparer, consigner, réutiliser, recycler, économiser… La société connait actuellement une profonde mutation.

Cette évolution vers une « consommation propre » impacte autant les producteurs que les consommateurs de la Forme.

La France est un marché dynamique, qui tente de combler actuellement sont décalage avec d’autres pays, notamment scandinaves, en matière de fitness et de développement durable.

 

Vers un investissement massif des professionnels

 

Les professionnels font actuellement évoluer leurs techniques et leurs organisations afin de mieux utiliser, protéger et partager les ressources naturelles limitées de notre planète. Des initiatives nécessaires pour répondre notamment à l’évolution des lois imposées prochainement par le gouvernement français et surement bientôt par l’Europe.

 

Des matériels et accessoires « responsables »

 

Le développement durable se normalise de façon croissante. Il est le moteur quotidien d’opportunités innovantes et porteur de créations. Référence française et mondiale de l’Innovation dans le sport, Decathlon et sa marque spécialisée Domyos, ambitionne de proposer 100% de produits éco-conçus en 2021.

 

 

Les réseaux de salles et les fabricants de matériels spécialisés s’impliquent également dans cette transition énergétique. Le réseau Fitness Park a notamment équipé toutes ses salles avec des machines auto-alimentées de la marque Technogym pour l’espace cardio-training.

Ces machines génèrent toutes seules l’énergie requise pour leur fonctionnement, grâce aux efforts fournis par l’utilisateur. Une technique respectueuse de l’écologie qui permet de réduire l’empreinte carbone.

 

 

Des acteurs comme Sports Arts (The Green Fitness Company) n’hésitent pas à revendiquer l’innovation et l’éco-conception comme des critères majeurs d’attractivité et de différentiation sur le marché.

 

 

Intenza a de son côté créée une ligne complète d’appareils de cardio training destinée aux professionnels et produite de manière socialement responsable. Tous les produits Intenza sont ainsi fabriqués dans une usine de 14 000 m² écologiquement durable et à faible consommation d’énergie grâce à l’utilisation de 2 000 panneaux solaires alimentant les usines avoisinantes. L’économie d’eau y est une priorité : les eaux de pluie sont récupérées et toutes les eaux utilisées dans le cycle de production sont recyclées. Le contrôle des températures est permanent grâce à un système innovant d’aération.

 

 

La loi anti-gaspillage et pour une économie circulaire, prévue pour janvier 2021 met au cœur des enjeux des professionnels la recherche et le développement.
Celle-ci s’articule autour de trois volets.

Un premier volet sur « l’information des consommateurs ». Les fabricants d’articles de sport devront désormais indiquer des « indices de recyclabilité » et de « réparabilité » pour qualifier la dimension durable de leurs produits. Le second volet phare de la loi interdit la destruction des invendus. Cette seconde disposition conduit à la troisième qui contraint les industriels à anticiper la fin de vie de leurs produits.

Leurs produits peuvent suivre l’une des trois directions suivantes : le « réemploi » qui consiste à rallonger leur durée de vie, ce qui pose la question de leur réparabilité, la « réutilisation » qui vise à donner une seconde vie aux produits (par exemple une voile de bateau usagée qui sert à fabriquer des sacs de sport) ou enfin le recyclage, qui soulève une foule de questions comme l’a montré le grand colloque organisé par l’Union Sport et cycle sur le sujet.

 

Des espaces de « loisirs actifs » au cœur des économies d’énergie

 

Il est de plus en plus courant de croiser au détour d’un lieu public, des installations proposant de recharger son téléphone… en pédalant à la force des jambes. Original mais pas étonnant lorsqu’il a été prouvé que, techniquement, un individu est en mesure de développer la même puissance électrique qu’un mètre carré de panneau solaire.
C’est en partant de ce constat que CycloPower Factory à développer son concept de salle de sport et d’équipement qui produisent de l’énergie verte et solidaire. Une expérience ludique qui donne du sens à l’activité sportive afin que faire du sport ne soit pas seulement utile pour sa santé mais aussi pour la planète.

 

Les pratiquants produisent de l’énergie renouvelable à partir des efforts fournis et alimentent ainsi l’établissement.

 

 

Une initiative qui contribuera à réduire les émissions d’énergies des salles de sports, dont notamment celles impactées par le décret tertiaire de la loi Elan.
Celui-ci imposera une réduction de 40% de la consommation d’énergie d’ici 2030, pour les espaces de 1.000 m² et plus.
Des acteurs comme Décathlon ont déjà pris le sujet à bras le corps en visant 100% d’électricité d’origine renouvelable en 2026 pour leurs magasins et entrepôts.
L’Union Sport et Cycle accompagne les professionnels, en leur proposant des solutions d’Audit pour anticiper ces transformations via des solutions concrètes.

 

Des consommateurs sensibles et éco-acteurs de la transformation

 

2/3 des français ont conscience qu’ils vont devoir changer de mode de vie, et 89% des plus jeunes ont adopté des comportements responsables en 2019.

Une tendance forte qui fait des consommateurs, des acteurs conscients de leurs actes.

Leurs engagements deviennent de plus en plus réfléchis et non impulsifs.

 

 

 

 

Vers un FITNESS éthique, tendance et confortable !

 

La mode est passée à la durabilité, et les textiles sont devenues éco-responsables, et fabriquées à partir de matériaux recyclés pour préserver l’environnement.

 

Les géants que sont Nike et Adidas s’engagent progressivement dans un cercle vertueux via des modèles de Chaussures et textiles recyclés ou conçus à partir de plastique.

 

Une tendance « éthique » portée par des marques créé avec cet ADN et qui séduisent de plus en plus de consommateurs.

 

Les modèles VEJA sont par exemple vendus au prix des grandes marques,

 

Ils sont fabriqués à partir de fil de coton biologique, de caoutchouc sauvage, de « B-Mesh » un tissu polyester issu de bouteilles de plastique ramassées dans les rues de Rio et de Sao Paulo. La production sort d’une usine de Porto Alegre, puis distribuée par un centre logistique géré par Ateliers sans frontières, association de réinsertion située à Bonneuil-sur-Marne (Val-de-Marne).

 

La marque Dance Fiber utilise des matières premières textiles 100% naturelles certifiées GOTS ainsi que des matières issues du recyclage pour confectionner de ravissantes collections dédiées à la danse, au yoga et au fitness.

 

 

Les tapis de yoga deviennent également techniques, éco-responsables et éthiques, en plus d’un design moderne avec leur surface en liège décorée ! (MarqueYogamatata).

 

 

En conclusion, tous les acteurs vont devoir s’attaquer aujourd’hui à la préservation de la planète pour répondre aux besoins du présent, sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs.

 

Un enjeu de taille qui doit s’avérer être une véritable opportunité pour les entrepreneurs.

Plus d’informations et Contact : Damien JACQUART /

damien.jacquart@unionsportcycle.com