Sélectionner une page

S’il est un secteur qui reste florissant en dépit des difficultés économiques, c’est sans aucun doute celui des salles de sport. Car elles attirent désormais un nouveau public. Fini le temps des salles de musculation réservées aux bodybuilders ! On y vient maintenant pour prendre soin de soi et pratiquer une activité physique dans un cadre accueillant. Certaines salles de fitness l’ont bien compris : cet accueil convivial et la proposition de nouveautés sont la clé du succès.

 

Réaliser l’étude de marché d’une salle de sport

 

Avant de vous lancer, il faudra vous frotter à l’exercice de l’étude de marché. Ce serait dommage d’acheter les meilleures machines et d’engager les meilleurs professeurs pour en fait vous implanter dans une zone dans laquelle personne ne passe !

 

etude-de-marche-salle-de-sport

 

La réalisation d’une étude de marché vous demandera dans un premier temps de cerner les grandes tendances de votre secteur. Ensuite, en discutant avec de potentiels futurs clients, vous découvrirez leurs attentes, le budget qu’ils seront en mesure d’accorder à un abonnement, et leurs habitudes d’achat.

Votre troisième réflexe consistera en l’évaluation de la présence ou non d’une concurrence dans votre future zone d’implantation. Le but est de s’assurer qu’il n’existe pas déjà une offre très (trop) forte par rapport à la demande. Et si des concurrents vous ont devancé, il faudra penser votre positionnement de sorte que vous vous démarquiez favorablement.

 

Ouvrir une salle de sport : en indépendant ou en franchise ?

 

Grâce à votre étude de marché, vous aurez en main toutes les infos nécessaires à la conception d’un projet viable. Vous définirez votre cible plus facilement :

  • Qui souhaitez-vous attirer ? Les jeunes ? Les personnes entrées dans la vie active ? Les retraités ? Un public plutôt masculin, plutôt féminin ?

Vous connaîtrez également les caractéristiques de votre offre commerciale :

  • Quel matériel allez-vous proposer ? Quels cours inscrirez-vous au planning ? Quel détail fera qu’on ira chez vous plutôt que chez la concurrence ?

Une étape vous attend encore : le choix de l’ouverture de votre club de fitness en franchise ou en indépendant.

 

gerants-salle-de-sport

 

Si vous ouvrez votre salle de sport en franchise, vous bénéficierez d’un certain nombre d’avantages. Vous ne serez pas seuls dans la création de votre club. Et vous ne serez probablement pas seuls dans votre salle du matin au soir ! Grâce à la réputation de la franchise et à sa capacité à se promouvoir, vous êtes à peu près sûr d’avoir des clients.

Vous équiperez votre salle à des prix moins élevés et avec des fournisseurs déjà connus du réseau. Quant au concept, vous n’aurez pas à le créer, vous pourrez reprendre celui de la franchise. Celui qui fonctionne déjà ! A vous de voir si tous ces arguments valent ou non une certaine perte d’indépendance…

Autre avantage non négligeable : des enseignes connues cherchent à se développer. C’est le cas notamment de Fitness Park, Garden Gym, Lady Moving, Fightness Gym, L’orange bleue ou encore L’appart Fitness (ça vous laisse le choix !).

Avec une franchise, votre entreprise mettra moins de temps à « décoller », et aura moins de risque de « se planter ». En revanche, cela vous coûtera une somme rondelette : droit d’entrée et redevance annuelle, et vous perdrez un peu en autonomie.

Quelle que soit votre décision, prenez le temps de mesurer les avantages et les inconvénients de chaque situation.

 

Quelle structure juridique adopter pour ouvrir une salle de sport ?

 

En fonction du statut juridique que vous retiendrez, vous aurez entre autres  un régime d’imposition, un régime social de dirigeants et une gouvernance différents.

Là encore, vous avez le choix : entreprise individuelle, à responsabilité limitée ou non, régime de la micro-entreprise, société par action simplifiée ou société par action simplifiée unipersonnelle, société à responsabilité limitée… Prenez en compte les « + » et les « – » de chaque option.

 

Le business plan d’une salle de sport

 

Cette étape répond à deux objectifs : vous assurer que votre projet ne va pas vous couler financièrement, et inspirer confiance à vos futurs investisseurs.

Ce business plan se divise en deux parties :

  • Le prévisionnel financier (capacité de rentabilité du projet et besoin de financement)
  • Une présentation détaillée du projet (étude de marché, stratégie commerciale…)

Soyez persuasif !

Si vous n’êtes pas à l’aise avec cet exercice, utilisez un logiciel dédié. Aide à la rédaction, exemples de business plan, aspects comptables du prévisionnel financier gérés, vous obtenez un document professionnel, mis en forme, et prêt à être envoyé à votre banquier.

 

Vous sentez-vous prêt à aller à la rencontre de vos futurs clients ? La réalisation du business plan vous impressionne-t-elle toujours autant ? Persévérez, et on se ruera bientôt dans votre salle !